Bâtons de fumigation

Lors d’un cercle de femmes, une des maîtresse de cérémonie nous a offert, à chacune, un bâton de fumigation confectionné par ses soins. J’ai alors, totalement intuitivement, pratiqué une sorte de rituel de purification dans ma nouvelle maison ardéchoise, vieille bâtisse ayant accueillie en son sein tant et tant d’histoires de vies, heureuses comme malheureuses.

Je ressentais puissamment le besoin de faire place nette, de poser MES intentions de vie dans ce nouveau lieu.

J’ai attendue d’être seule, ai allumé ce bâton et me suis laissée transporter par cette fumée épaisse dont l’odeur m’emmenait au plus profond de mon être. Je me suis mise à chanter, à crier, à danser, allant dans chaque recoin, tourbillonnante. Libération, ouverture.

Grâce à Kasey Barbey Sallurday, fée lumineuse et inspirante, j’apprends la technique de fabrication et toute la philosophie qui entoure ce rituel. Depuis, je cueille, conçois et fabrique ces petits bâtons et enfume joyeusement les lieux dans lesquels je vis, je voyage, je passe…

C’est tout cela que j’aimerais partager avec vous.

Les plantes :

Il n’y a pas qu’une seule et unique recette magique pour confectionner ces petits bâtons ! Ils sont en effet constitués de différentes herbes aromatiques, d’arbres résineux (pins et sapins) ou de fleurs sauvages comme de la sauge, du thym, du laurier ou de la lavande…en fonction de ce que l’on trouve autour de soi et de la saison pendant laquelle ils sont réalisés.

On privilégiera des plantes fraîches et ayant un fort pouvoir antibactérien ou ayant une résonance énergétique élevée.

Laissez-vous aussi guider par votre intuition, elle est précieuse. Choisissez des plantes qui vous parlent, qui résonnent en vous tant au niveau de leur odeur que de tout ce qu’elles dégagent et représentent à vos yeux (souvenirs, effet calmant ou dynamisant, plaisir des yeux…).

Avant de cueillir les plantes, déterminez dans quelle intention vous le faites (pour vous, des amis, un lieu spécifique…) et écoutez l’appel des plantes…

Lors de la cueillette soyez attentive (if) aux réactions des végétaux. Si une branche ne se laisse pas couper, laissez là, essayez une autre.

Connectez-vous vraiment à cette nature qui vous entoure, ne l’instrumentalisez-pas, demandez la permission avant chaque taille. Respecter notre environnement c’est se respecter soi-même, tout est relié, toujours…

 Il est bon de laisser les plantes un ou deux jours avant de les « serrer » afin d’éviter les moisissures mais en gardant le bénéfice de leur souplesse pour la confection.

Les plantes les plus couramment utilisées :

  • La Sauge blanche est la « star » de ces « sticks » mais son importation de Californie n’est pas très écolo et sur le plan énergétique il est toujours mieux de rester « local ». Préférez donc notre Sauge officinale dont les vertus sont aussi très puissantes : son odeur permet de calmer les émotions négatives, sa fumée est bénéfique pour décharger les lieux des énergies négatives, purifier les personnes ou les événements, pour chasser le “mauvais esprit” et attirer les bonnes énergies. Elle a un pouvoir spécial qui nettoie les blocages émotionnels de l’esprit, favorisant calme et clarté. Elle aide à diminuer les désirs excessifs et les passions. Elle est spécifique pour calmer le cœur.
  • Le Thym : traditionnellement utilisé pour les rites de « passage », il permet de se libérer du passé, de chasser la mélancolie et les sentiments négatifs.
  • Le Laurier noble/vrai : synonyme de sagesse et de clairvoyance, souvent utilisé dans les oracles au temps de romains, purifiant
  • La Lavande officinale : connue pour ses vertus apaisantes, elle apporte purification et protection.
  • La Sarriette : une plante stimulante psychique et dynamisante.
  • Le Romarin : a des vibrations énergétiques très puissantes ; élimine les pensée négatives et favorise la concentration.
  • La Menthe poivrée : tonique, elle permet l’alignement et l’ancrage.

… mais aussi de la verveine citronnelle, des branches de pin sylvestre etc…

Vous pouvez ajouter quelques fleurs sauvages (roses, mauve, …) qui viendront embellir votre bâtonnet et y ajouter un parfum subtil.

La Fabrication :

Matériel : De la ficelle en matière « naturelle » (coton, chanvre, raffia ou lin), des ciseaux, vos plantes coupées à peu près à la même taille (celle qui vous convient) mais si certaines sont plus petites il y toujours moyens de les glisser au centre…

Etapes :

Vous pouvez vous faire une petite tisane avec les chutes …
  1. Rassemblez vos plantes (celles que vous avez envie) en bouquet en les assemblant de façon à ce que cela puisse être « serré ». Par exemple, si vous avez de petites branches de thym, mettez-les au milieu le long d’autres « branches » plus grandes.
  2. Faites un premier nœud avec votre corde à la base de votre « bouquet » en le maintenant bien serré. Laissez un peu de ficelle dépasser pour pouvoir le suspendre ensuite. Remontez la corde en tournant tout au long de votre « bouquet », un peu en oblique toujours en serrant bien. Arrivé en haut, repliez l’extrémité et repartez en sens inverse jusqu’à la base puis refaites un nœud. Coupez la ficelle en laissant toujours un peu de marge.
  3. Faites sécher votre smudge stick la tête en bas dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière pendant minimum 1 mois.

La fumigation :

Comme lorsque vous avez cueilli vos plantes, avant d’allumer votre bâton, poser une intention. Que faut-il nettoyer, célébrer, honorer ?

 Il suffit alors d’allumer la pointe de votre bâton et une fois que la flamme a pris, soufflez dessus et laisser le se consumer. Selon votre choix de plantes, il sera nécessaire de le rallumer plusieurs fois. Laissez aller votre ressenti, explorer tous les recoins des pièces, chantez, danser, garder le silence…ce qui vous semble juste.

Pour l’éteindre (il est rare en effet de le faire brûler en une fois), ayez une coupelle avec un peu de sable dedans ou écrasez-le délicatement, tout simplement. Aérez ensuite les pièces.

Si ce rituel concernait une purification, un nettoyage, allumez un encens doux ou du bois de Palo Santo en même temps que vous remplissez l’espace ainsi créé de vos souhaits (par exemple, si vous chassez les mauvaises énergies d’un lieu, il est alors possible de faire le souhait de la sérénité, de la joie, en lieu et place de ces mauvaises vibrations). Vous pouvez aussi utilisez de la musique douce, qui vous parle pour accompagner cette étape.

Un peu d’histoire…et de science…

La fumigation est une pratique qui remonte à la nuit de temps. Les romains se servaient ainsi du lichen des chêne, les Amérindiens de sauge blanche, les Égyptiens de thym et les chrétiens de myrrhe ou d’oliban.

Au fil du temps, la recherche a pu expliquer certains effets de la fumée. Par exemple, que l‘odorat est le seul sens qui ne dort jamais et qui est relié avec les émotions. La fumée par combustion d’un mélange de bois, d’herbes médicinales et odoriférantes capte en fait de grandes quantités d’ions positifs. Ceux-ci servent surtout de bases aux microparticules pour qu’elles puissent se maintenir en suspension dans l’atmosphère. Lorsque les ions négatifs sont majoritaires, les poussières se déposent. Un air saturé d’ions positifs est néfaste pour la santé( provoque asthme, allergies, nausées, céphalées…), tandis qu’une atmosphère riche en ions négatifs (comme en bord de mer à la montagne ou en forêt) est au contraire très bénéfique, notamment pour les voies respiratoires, le système immunitaire et l’équilibre psychique.

Quelques lectures…

Un livre sur l’aspect énergétique des plantes plus spécifiquement orienté vers l’Ayurvéda mais passionnant :

Un autre illustrant l’intelligence du règne végétal et les liens profonds d’interdépendance entre toutes formes de vie sur terre :

Et celui-ci qui nous parle de notre lien organique, psychique, cosmique avec cette Nature, dont nous sommes partie intégrante (il y est aussi question de gemmothérapie et autre pratiques plus spirituelles en lien avec les éléments):

Et bien voilà, je vous souhaite une belle et joyeuse exploration!!!!